Aujourd’hui, je vais faire une chose que je ne fais pas souvent : Je vais déconseiller un exercice qui se réalise avec une barre…

Ceux qui me connaissent savent que je travaille essentiellement avec des poids libres et au poids de corps. Mais cela ne veut pas dire que j’exclue d’emblée les exercices à la machine ou que je fasse tous les exercices qui existent avec une barre et des haltères.

De manière générale, il faut éviter de faire les mouvements que nous n’arrivons pas à maîtriser après s’être assuré d’avoir tout ce que l’on pouvait pour tenter de les exécuter dans les règles de l’art. L’exercice dont il est question dans ce post est de ceux là (ils sont rares).

Quel est cet exercice ?

Le good morning : C’est en voyant un pratiquant refaire ce mouvement que je me suis souvenu qu’à une époque je l’incorporai également volontiers dans ma routine.

L’enfer est souvent pavé de bonnes intensions. De prime abord, le good morning est intéressant pour développer et étirer la chaîne postérieure du corps (jambes et dos). C’est la raison pour laquelle j’ai entrepris de le tester.

Le good morning qu’est-ce que c’est ?

Cet exercice a pour but principal de renforcer l’arrière des cuisses, les fessiers ainsi que les lombaires. Souvent associé à un entraînement de jambes ou du dos, il se réalise avec une barre droite reposant sur le haut des épaules un peu comme à la manière des squats.

En position debout, les jambes écartées à la largeur des épaules, faites pivoter votre bassin pour abaisser le tronc rigidifié de façon à ce que le dos se retrouve à l’horizontal à la fin du mouvement.

Puis revenir à la position initiale. Il est possible de légèrement plier les genoux pour mieux ressentir le travail des ischios jambiers.

Le but de ce post n’est pas de vous apprendre à le réaliser puisque je le déconseille, mais de comprendre pourquoi il est néfaste et surtout par quoi le remplacer.

Pourquoi le Good Morning n’est pas si bon que cela

Tout d’abord, l’effet de levier est énorme du fait de l’axe de flexion (le bassin) et de la position de la charge (le haut du dos). En fait, cela correspond peu ou prou à ce que l’on déconseille de faire lors des squats.

C’est donc une curiosité de préconiser ce mouvement alors qu’on met bien en garde de tenir le dos le plus droit possible lors des squats.

De plus, en cas de fatigue excessive ou de charge trop lourde, il n’y a aucun moyen de se soustraire à la charge étant donnée la position de celle-ci. La blessure par défaillance peut être démultipliée.

Enfin, rares sont ceux qui ont suffisamment de souplesse et de technique pour réaliser cet exercice correctement.

Pour couronner le tout, il est souvent effectué à la fin de la séance, lorsque les muscles sont le plus propice aux défaillances.

Même avec un bâton, le good morning expose le dos à un risque excessif par rapport aux gains éventuels en souplesse ou en masse.

Par quoi le remplacer ?

Heureusement, le Good Morning est facilement remplaçable :

  • En premier lieu par un bon vieux soulevé de terre
  • En second lieu par du soulevé de terre jambes tendues
  • Viennent ensuite les extensions au banc à lombaires
  • Dans le cas où l’on souhaite activer les muscles de la chaîne arrière un peu plus sur la durée, le swing à la Kettlebell et la solution idéale.

En suivant une routine avec des exercices de base, soyez rassurés, vous n’avez aucun besoin des Good Morning. Si vous avez encore de l’energie pour ajouter des séries de cet exercice en fin de séance, il faut impérativement vous faire plus violence aucours de la dite séance.

Conclusion

De grâce, ne vous mettez pas en tête d’apprendre à faire du Good Morning. Conservez plutôt votre énergie et votre fougue pour les exercices plus durs et plus sécuritaires proposés juste au dessus.

Et vous, connaissez-vous cet exercice ? L’avez-vous utilisé et quel est votre sentiment sur son efficacité et sa dangerosité ?